Featured

Les Conférences Pugwash Canada

Le But

Le but des conférences Pugwash est de fournir des idées savantes sur les questions suivantes:

  • L’abolition nucléaire et le contrôle des armes nucléaires
  • Le contrôle des armes et le désarmement
  • La prévention des conflits armés et le maintien de la paix
  • L’élimination des armes chimiques et biologiques
  • Le droit international
  • Le développement durable et l’éthique scientifique

Activités

Pugwash Canada organise des séminaires et des ateliers, avec des orateurs distingués et des tables rondes pour promouvoir des discussions informées entre experts. Notre but est d’éduquer et de générer des idées qui peuvent être utiles dans la formation de la politique gouvernementale, et pour exécuter des changements qui promeuvent la paix globale et la sécurité.

Par exemple:

  • Trois panneaux au TNP PrepCom 2014 de l’ONU: “Arctique essentiel: Une zone exempte d’armes nucléaires”, “l’OTAN et le TNP”, et “Nouvelles idées et initiatives”
  • Du 5 au 8 mai 2014, ONU, New York. “Vers un Moyen-Orient sans armes nucléaires”
  • Un atelier expert sur “Les impératifs politiques pour une zone arctique exempte d’armes
    nucléaires.” Le 27 octobre 2012, à Ottawa.
  • Un atelier de prévoyance stratégique sur “Un monde sans armes nucléaires”, du 16 au 18
    août 2012, à Pugwash en Nouvelle-Écosse.

“Il faut que je vous informe d’une réalité terrifiante: avec le développement des armes nucléaires, l’homme a acquis, pour la première fois dans l’histoire, le moyen technique de détruire toute la civilisation en une seule action.”
-Sir Joseph Rotblat

“On lance un appel, en tant qu’êtres humains, aux humains: souvenez-vous de votre humanité, et oubliez le reste. Si vous pouvez le faire, le chemin s’ouvre à un nouveau paradis; sinon, vous laissez la porte ouverte au risque d’une mort universelle.”
-Le manifeste Russell-Einstein, 1955

Programmes en cours

(1) Canadiens pour une conférence sur les armes nucléaires: dirigés par les membres de l’Ordre du Canada John Polanyi, Murray Thomson, Douglas Roche et Ernie Regehr, des centaines de membres de l’Ordre exigent des négociations internationales pour atteindre un traité vérifiable sur l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires

(2) Une zone arctique exempte d’armes-nucléaires: une campagne pour les pays arctiques en vue d’engager un processus menant à un traité international. C’EST LE MOMENT!

(3) Projet sur les affaires globales: facteurs essentiels pour la durabilité de la civilisation

Étudiants canadiens/Pugwash pour la jeunesse

Étudiants Canadiens /Pugwash pour la jeunesse est l’organisation nationale Pugwash pour les jeunes canadiens. C’est aussi l’affiliation nationale du réseau international Pugwash pour la jeunesse. Elle a publié des revues à l’occasion. Contactez la Professeure Erika Simpson, à l’Université de Western Ontario,

Collaboration responsable entre savants en vue de saisir l’humanité des menaces à son existence:

Nous suscitons des expertises sur les questions importantes suivantes:

  • abolition des armes nucléaires et non-prolifération nucléaire
  • désarmement et armes de destruction massive
  • changement climatique
  • justice sociale
  • abolition de la guerre et maintien de la paix
  • utilisation pacifique de l’espace
  • zones de conflit

Canadian Pugwash Group / Les Conférences Pugwash Canada
56 Douglas Drive
Toronto ON
M4W 2B3

L’Aut’ Journal

Nations-Unies: le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires entre en vigueur le 22 janvier 2021 appuyé par le Bloc Québécois, le NPD et le Parti Vert …sans le Canada de Trudeau ni les USA de Biden. https://lautjournal.info/20210118/le-traite-dinterdiction-des-armes-nucleaires-entre-en-vigueur-le-22-janvier

1955: Albert Einstein et Bertrand Russell approuvent la fondation des Conférences Pugwash sur la science et les affaires mondiales à la demande du physicien nucléaire Josef Rotblat dans le but de mettre fin à la prolifération nucléaire. Le film UN RÊVE ÉTRANGE d’Éric Bednarski (ONF 2008) raconte la vie de ce physicien démissionnaire de Los Alamos, qui reçoit le prix Nobel de la Paix 1995.

1983-4: Une chaîne humaine de 60 000 Montréalais relie les consulats américains et russes pour protester avec le mouvement nonaligné de la paix fondé par Dimitri Roussopoulos (Black Rose Books, Écosociété) contre les missiles nucléaires des deux pays. Helen Caldicott reçoit un Oscar pour le film de l’ONF censuré par Reagan Si cette planète vous tient à coeur et Martin Duckworth termine au Japon son film sur les Hibakushas (ONF).

Les Artistes pour la Paix sous la présidence de Jean-Louis Roux avec Raymond Lévesque, Gilles Vigneault, Armand Vaillancourt, Yvon Deschamps etc. se joignent aux Performing Artists for Nuclear Disarmament (Harry Belafonte et Liv Ullman) : Raoûl Duguay et Margie Gillis performent à Hambourg devant cent mille jeunes Allemands unis pour la cause, préfigurant la chute du mur de Berlin.

2010: reçu à l’UQAM par Frédéric Back qui lui remet une gravure de l’homme qui plantait des arbres, Murray Thomson, de Pugwash et Canadians for a Nuclear Weapons Convention, collige deux pétitions, l’une de 108 professeurs d’universités et l’autre de + de 1000 membres de l’Ordre du Canada demandant au gouvernement canadien d’appeler une Convention internationale sur l’arme nucléaire, telle que réclamée par Ban Ki-moon, premier Secrétaire général de l’ONU à se rendre un six août à Hiroshima pour commémorer les 140 000 morts de 1945. Il y fut reçu par le maire Akiba, alors président de l’organisme international les Maires pour la Paix, fort de plus de 6000 cités-membres de 144 pays.

7 octobre 2008: une conférence de presse annonce à la Société des Arts Technologiques de Montréal la création du Mouvement Sortons le Québec du nucléaire : Michel Duguay (Université Laval) et Karel Mayrand, le Dr Éric Notebaert et Gordon Edwards PhD derrière; Laure Waridel et Diane Dufresne avec Pierre Jasmin derrière; Ugo Lapointe (Québec meilleure mine) et Christian Simard (Nature Québec) feront fermer Gentilly 2 et déclarer les mines d’uranium non acceptables socialement par le BAPE.

25 septembre 2017: Pierre Jasmin (APLP, Pugwash), Debbie Grisdale (Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire-CNANW) et Steven Staples (Peace Quest, ceasefire.ca) encadrent à Ottawa l’ambassadrice Elayne Whyte Gómez du Costa Rica, qui vient de faire accepter à l’ONU par 122 pays le fameux Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaire en l’inexcusable absence de membres du gouvernement Trudeau.

10 décembre 2017:
la directrice d’ICANW.org, Beatrice Fihn et l’hibakusha Setsuko Thurlow admirent le parchemin et la médaille du PRIX NOBEL DE LA PAIX 2017 accordé. 19 novembre 2020 : un débat contre l’arme nucléaire, animé par Bianca Mugyenyi et organisé par le Dr Anton Wagner (HNDC) et Pierre Jasmin avec Alexis Brunelle-Duceppe (Bloc Québécois), Heather MacPherson (NPD) et Elizabeth May (Parti Vert), sera à nouveau à l’ordre du jour d’une conférence de presse le 21 janvier 2021 à 10h pour célébrer avec Doug Roche la situation nouvelle favorable à l’ONU. Le 19 janvier à midi, une alerte par plus de mille signataires sur une pétition d’Elizabeth May au Sénat canadien demande au gouvernement canadien de rejoindre le Traité (TIAN) pour écarter une des trois menaces à l’existence de la planète (+ COVID-19 et changements climatiques) : https://petitions.ourcommons.ca/en/Petition/Details?Petition=e-3028. Signatures de plus de 700 personnes et groupes, dont ÉCHEC À LA GUERRE dans le journal Hilltimes, foreignpolicy.ca/hilltimes des 18 et 20 janvier. Webinaire au Sénat : Hannah.stafl@sen.parl.gc.ca . Le 22 janvier à 14h, Noam Chomsky enjoindra le gouvernement canadien de signer et ratifier le TIAN (CFPI).

Six personnalités politiques confrontent avec courage Trudeau

Par Pierre Jasmin

Depuis ce Prix Nobel de la Paix de 2017, Trudeau a toujours refusé de rencontrer Setsuko

La veille de l’entrée en vigueur à l’ONU du crucial et historique Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN), une sénatrice indépendante, un ex-sénateur ancien député du parti conservateur et quatre parlementaires des quatre autres partis représentés aux Communes confrontaient le gouvernement Trudeau, qui depuis, a gardé son mutisme complice de l’OTAN. Qui sont ces six braves ? Alexis Brunelle-Duceppe du Bloc québécois, Nathaniel Erskine-Smith du Parti libéral, Elizabeth May du Parti vert, la sénatrice Marilou McPhedran, Heather McPherson du NPD et l’ex-sénateur canadien et Ambassadeur pour le désarmement, Douglas Roche OC, ont tenu une conférence de presse conjointe d’une heure pour marquer l’entrée en vigueur historique du TIAN. À regarder sur le facebook de Heather MacPherson.

Alexis Brunelle-Duceppe a articulé en français une position nettement plus affirmée que celle en anglais du 19 novembre : le BLOC semble plus résolu que jamais en faveur de la signature du Canada au TIAN. Alexis a eu la générosité de souligner le courage du député libéral Erskine-Smith qui comme la sénatrice McPhedran a demandé à Trudeau de faire preuve du même courage que Brian Mulroney anti-apartheid et que Jean Chrétien anti-mines antipersonnel, d’ailleurs partisan de signer au nom du Canada le TIAN. Comment, s’est-on unanimement indigné, comment peut-on hésiter à dénoncer des armes de destruction massive qui s’attaquent en majorité aux civils ? Alexis a en plus ouvert la porte à dénoncer la politique libérale laxiste face aux déchets nucléaires, attaquée par Gordon Edwards, PhD. Le discours de Douglas Roche, plus fort que jamais, a dénoncé la lâcheté des Freeland, Garneau et Trudeau, rappelant que le Canada depuis 75 ans avait plutôt l’habitude de se trouver du côté des initiatives de paix de l’ONU.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE A MARI USQUE AD MARE

Le communiqué de presse suivant est resté lettre morte, vu la censure généralisée de nos médias, tout comme ceux des 9 pays armés de bombes nucléaires, nos soi-disant alliés Grande-Bretagne, France et États-Unis + 25 autres pays membres de l’OTAN, dont évidemment le Canada de Trudeau. Voici donc ce communiqué, conçu pour informer la population :
« Des Canadiens d’un océan à l’autre se joignent le 22 janvier à des sympathisants du monde entier pour célébrer l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, 90 jours après le Honduras, devenu le 50e État à ratifier ce traité historique.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a proclamé que l’entrée en vigueur de ce Traité était «l’aboutissement d’un mouvement mondial visant à attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de toute utilisation d’armes nucléaires. Le TIAN représente un engagement significatif en faveur de l’élimination des armes nucléaires, la plus haute priorité des Nations Unies en matière de désarmement. »

Mme Setsuko Thurlow, maintenant citoyenne canadienne qui a survécu au bombardement atomique d’Hiroshima à l’âge de 13 ans, a déclaré: «Quand j’ai appris que nous avions atteint notre 50e ratification, je pouvais à peine tenir debout. Je suis donc restée assise sur ma chaise, ma tête entre mes mains et j’ai pleuré de joie. Je me suis imaginée échanger avec les esprits de centaines de milliers de personnes qui avaient perdu la vie à Hiroshima et Nagasaki. Je n’ai que de la gratitude pour tous ceux qui ont œuvré au succès de ce traité ». Mme Thurlow a consacré sa vie à l’abolition de l’arme nucléaire, a reçu l’Ordre du Canada et a été honorée comme co-récipiendaire du prix Nobel de la paix 2017, accordé à la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICANW.org) et à sa directrice exécutive, Beatrice Fihn.

PERSPECTIVE

Négocié en 2017, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires interdit légalement en toutes circonstances, le développement, la fabrication, la production, les essais, l’acquisition, le stockage, le transfert, le stationnement, l’utilisation ou la menace d’usage des armes nucléaires. Il oblige également les États parties à fournir une assistance aux victimes, celles des bombardements nucléaires au Japon, et celles des plus de 2000 essais nucléaires menés dans divers endroits du monde depuis 1945.

Bien que le Traité ne lie juridiquement que les nations qui choisissent d’y adhérer, il établit de nouvelles normes mondiales et est largement considéré comme une contribution majeure au droit international humanitaire, complémentaire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), entré en vigueur en 1970.

Approuvé par 122 pays à l’Assemblée générale des Nations Unies en juillet 2017 suite à la présentation par Elayne Whyte-Gomez ambassadrice du Costa Rica, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires compte actuellement 86 signatures et 51 ratifications.

Malheureusement, les neuf États dotés d’armes nucléaires et leurs alliés – y compris le Canada – ont boycotté la négociation de ce traité et continuent de le dénoncer.

Des organismes de la société civile de partout au Canada ont demandé au gouvernement de tenir un débat sur le Traité au Parlement et de permettre au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de tenir des audiences publiques sur le rôle du Canada dans la promotion du désarmement nucléaire. »

PORTE-PAROLES

  • Earl Turcotte, Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire (Ottawa)
  • Paul Meyer, président, Conférences Pugwash Canada (Colombie Britannique)
  • Cesar Jaramillo, directeur exécutif, Project Ploughshares (Waterloo, Ontario)
  • Nancy Covington, Voix des Femmes Canada (Halifax)
  • Pierre Jasmin, Les Artistes pour la Paix, Pugwash Canada (Estrie, Québec)

ACTIONS DIVERSES

1 Les 18 et 20 janvier, la société civile a publié une annonce bilingue dans le Hill Times appelant le gouvernement du Canada à tenir un débat parlementaire sur le Traité et des audiences publiques au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international sur le rôle du Canada dans la promotion du désarmement nucléaire. Un lien vers l’annonce se trouve sur le site Web de l’Institut canadien de politique étrangère , ainsi que sur le site des Artistes pour la Paix. On y remarquera la signature de Québec Solidaire.

2 Le 21 janvier à 10 h HNE (lire ce point important au premier paragraphe de l’article).

3 Le 20 janvier, le Réseau canadien pour l’abolition des armes nucléaires lance un appel à l’action sur le désarmement nucléaire adressé au premier ministre et à ses collègues du Cabinet comprenant 17 recommandations pour rendre le Canada efficace dans la campagne mondiale visant à débarrasser le monde des armes nucléaires (voir le site Web CNANW.ca, dont hélas toutes les communications depuis le 19 mai 2019 semblent unilingues anglaises).

4 Pétition en soutien du traité: Elizabeth May parraine une Pétition électronique bilingue demandant au gouvernement du Canada d’adhérer au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Comptant déjà plus de 1200 signatures, elle reste endossable jusqu’au 6 février. Son contact et initiatrice est la Dr Nancy Covington.

5 Les Artistes pour la Paix ont de plus créé une courte rétrospective en photos de leur lutte avec tant d’alliés non-gouvernementaux contre la bombe nucléaire.

En conclusion, tout comme de nombreux autres alliés tel Échec à la guerre dont l’article dans La Presse a été caviardé, les APLP réclament un débat parlementaire ouvert au public. Que nos médias censurent une demande aussi simple montre qu’ils sont achetés par le complexe militaro-industriel pour agir contre l’ONU et la démocratie (lire notre autre article sur l’OMS).

65e anniversaire du manifeste Einstein-Russell

Le 9 juillet 2020 marque le 65e anniversaire du célèbre manifeste Einstein-Russell, qui lançait une alerte mondiale contre la possibilité d’une guerre nucléaire.

Le manifeste a mené à la fondation en 1957 des Conférences Pugwash sur la Science et les affaires Mondiales.

Au Canada, le professeur Paul Meyer préside les destinées du groupe, dont est membre Pierre Jasmin, auteur de ce rappel. Au niveau mondial, l’organisme est présidé par Oscar Duarte, son  Secrétaire-général, Paolo Cotta Ramusino.

Le manifeste a aussi mené à la fondation en 1960 de l’Académie mondiale des arts et des sciences ( WAAS ), une organisation scientifique internationale non gouvernementale, un réseau mondial de plus de 700 boursiers individuels de plus de 80 pays sélectionnés pour leurs réalisations distinguées dans les sciences, les arts et les sciences humaines.

L’Académie, dont le message nous est communiqué par Adele Buckley, s’efforce de sensibiliser le public aux conséquences sociales et aux implications politiques de la croissance des connaissances. L’esprit de l’académie s’exprime dans les mots d’Albert Einstein: « Les créations de notre esprit seront une bénédiction et non une malédiction pour l’humanité ».

Ces 2 organismes Pugwash et WAAS s’unissent pour rappeler à l’humanité entière le manifeste qui face aux défis du XXIe siècle acquiert encore davantage de résonance aujourd’hui!

9 juillet 1955

ans la situation dramatique où se trouve l’humanité, nous estimons que les hommes de science devraient se réunir en conférence pour prendre la mesure des périls créés par le développement d’armes de destruction massive et examiner un projet de résolution dont l’esprit serait celui du projet ci-dessous.

Ce n’est pas au nom d’une nation, d’un continent ou d’une foi en particulier que nous prenons aujourd’hui la parole, mais en tant qu’êtres humains, en tant que représentants de l’espèce humaine dont la survie est menacée. Les conflits abondent partout dans le monde…

Chacun d’entre nous, ou presque, pour peu qu’il soit politiquement conscient, a des opinions bien arrêtées sur l’une ou plusieurs des questions qui agitent le monde; nous vous demandons toutefois de faire si possible abstraction de vos sentiments et de vous considérer exclusivement comme les membres d’une espèce biologique qui a derrière elle une histoire exceptionnelle et dont aucun d’entre nous ne peut souhaiter la disparition.

Nous tenterons d’éviter toute expression qui plairait davantage à un groupe qu’à un autre. Tous sont également en danger, et si ce danger est compris, un espoir subsiste qu’une action collective permettra de l’éviter.

Nous devons apprendre à penser d’une autre manière. Nous devons apprendre à nous demander, non plus quels moyens doivent être employés pour assurer la victoire du groupe que nous préférons, quel qu’il soit, car ces moyens n’existent plus ; la question que nous devons nous poser est : quels moyens doivent être employés pour éviter une confrontation armée, dont l’issue ne peut être que désastreuse pour tous.

Le grand public, et beaucoup parmi ceux qui exercent le pouvoir, n’ont pas réalisé ce qu’impliquerait une guerre nucléaire. Le grand public raisonne encore en termes de villes anéanties. Il sait que les nouvelles bombes sont plus puissantes que les anciennes, et que si une bombe A a suffi à rayer Hiroshima de la carte, une seule bombe H pourrait en effacer les principales métropoles : Londres, New York ou Moscou.

Il est certain que dans une guerre au cours de laquelle la bombe H serait utilisée, les grandes villes disparaîtraient de la surface de la terre. Mais ce n’est là qu’un des moindres désastres que subirait l’humanité. Même si la population entière de Londres, New York et Moscou était exterminée, l’univers pourrait, en quelques siècles, reprendre le dessus. Mais nous savons désormais, en particulier depuis l’essai de Bikini, que l’effet destructeur des bombes nucléaires peut s’étendre à une zone beaucoup plus vaste qu’on ne l’avait cru au départ.

On sait de source autorisée qu’il est désormais possible de fabriquer une bombe 2500 fois plus puissante que celle qui détruisit Hiroshima. Une telle bombe, explosant près du sol ou sous l’eau, projetterait des particules radioactives jusque dans les couches supérieures de l’atmosphère. Ces particules retomberaient lentement sur la surface de la Terre sous forme de poussières ou de pluies mortelles. C’est cette poussière qui a contaminé les pêcheurs japonais et leurs prises. Nul ne sait jusqu’où s’étendrait ce nuage mortel de particules radioactives, mais les personnalités les plus autorisées sont unanimes à dire qu’une guerre au cours de laquelle seraient utilisées des bombes H pourrait fort bien marquer la fin de la race humaine. Ce que l’on redoute, c’est, si plusieurs bombes H sont utilisées, que tous les hommes trouvent la mort, mort soudaine pour une minorité seulement, mais la lente torture de la maladie et de la désintégration pour la majorité.

Les avertissements n’ont pas manqué de la part des plus grands savants et spécialistes de la stratégie militaire. Aucun d’entre eux ne va jusqu’à affirmer que le pire est certain. Ce qu’ils affirment, c’est que le pire est possible et que nul ne peut garantir qu’il ne se produira pas. Nous n’avons jamais constaté que les points de vue des experts sur ce point dépendent en aucune façon de leurs opinions politiques ou de leurs préjugés. Elle ne dépend, pour autant que nos recherches nous permettent de l’affirmer, que de ce que chaque expert sait.

Ce que nous avons constaté, c’est que ceux qui en savent le plus sont les plus pessimistes.

Tel est donc, dans sa terrifiante simplicité, l’implacable dilemme que nous vous soumettons: allons-nous mettre fin à la race humaine, ou l’humanité renoncera-t-elle à la guerre1 ? Si les hommes se refusent à envisager cette alternative, c’est qu’il est fort difficile d’abolir la guerre. L’abolition de la guerre exigera des limitations déplaisantes de la souveraineté nationale2.

Mais ce qui, plus que tout, empêche peut-être une véritable prise de conscience de la situation, c’est que le terme « humanité » est ressenti comme quelque chose de vague et d’abstrait. Les gens ont du mal à s’imaginer que c’est eux-mêmes, leurs enfants et petits-enfants qui sont en danger, et non pas seulement une humanité confusément perçue. Ils ont du mal à appréhender qu’eux-mêmes et ceux qu’ils aiment sont en danger immédiat de mourir au terme d’une longue agonie. Et c’est pourquoi ils espèrent que la guerre pourra éventuellement continuer d’exister, pourvu que l’on interdise les armements modernes.

C’est là un espoir illusoire. Quelles que soient les conventions conclues en temps de paix interdisant l’usage des bombes H, elles ne seraient plus considérées comme valides en temps de guerre, et les [deux] parties en entameraient la production dès le début de la guerre, car si l’un des belligérants produisait les bombes et l’autre ne le faisait pas, celui qui les possèderait serait inévitablement le vainqueur.

Un accord par lequel les parties renonceraient aux armes nucléaires dans le cadre d’une réduction générale des armements ne résoudrait pas le problème, mais il n’en serait pas moins d’une grande utilité. En premier lieu, en effet, tout accord entre l’Est et l’Ouest est bénéfique dans la mesure où il concourt à la détente. En deuxième lieu, la suppression des armes thermonucléaires, dans la mesure où chacun des protagonistes serait convaincu de la bonne foi de l’autre, diminuerait la crainte d’une attaque soudaine dans le style de celle de Pearl Harbour, crainte qui maintient actuellement les deux protagonistes dans un état de constante appréhension nerveuse. Un tel accord doit donc être considéré comme souhaitable, bien qu’il ne représentera qu’un premier pas.

Nous ne sommes pas pour la plupart neutres dans nos convictions, mais en tant qu’êtres humains, nous devons nous rappeler que, pour être réglées à la satisfaction de qui que ce soit, communistes ou anticommunistes, Asiatiques, Européens ou Américains, Blancs ou Noirs, les difficultés entre l’Est et l’Ouest ne doivent pas l’être par la guerre. Nous devons souhaiter que cela soit compris, tant à l’Est qu’à l’Ouest.

Il dépend de nous de progresser sans cesse sur la voie du bonheur, du savoir et de la sagesse. Allons-nous, au contraire, choisir la mort parce que nous sommes incapables d’oublier nos querelles? L’appel que nous lançons est celui d’êtres humains à d’autres êtres humains : souvenez-vous de votre humanité et oubliez le reste ! Si vous y parvenez, un nouveau paradis est ouvert; sinon, vous risquez l’anéantissement universel.

 Résolution

Nous invitons le présent congrès et, par son intermédiaire, les hommes de science du monde entier et le grand public, à souscrire à la résolution suivante :

Compte tenu du fait qu’au cours de toute nouvelle guerre mondiale les armes nucléaires seront certainement employées et que ces armes mettent en péril la survie de l’humanité, nous invitons instamment les gouvernements du monde à comprendre et à admettre publiquement qu’ils ne sauraient atteindre leurs objectifs par une guerre mondiale et nous leur demandons instamment, en conséquence, de s’employer à régler par des moyens pacifiques tous leurs différends.

Ce texte a été signé le 23 décembre 1954 par :

  •  Professeur Max Born (professeur de physique théorique à Berlin, Francfort et Göttingen, et professeur de philosophie de la nature à Édimbourg; Prix Nobel de physique)
  • Professeur P.W. Bridgman (professeur de physique, Harvard University; Prix Nobel de physique)
  • Professeur Albert Einstein
  • Professeur L. Infeld (professeur de physique théorique, Université de Varsovie)
  • Professeur J.F. Joliot-Curie (professeur de physique au Collège de France; Prix Nobel de chimie)
  • Professeur H.J. Muller (professeur de zoologie, University of Indiana; Prix Nobel de physiologie et de médecine)
  • Professeur Linus Pauling (professeur de chimie, California Institute of Technology; Prix Nobel de chimie)
  • Professeur C.F. Powell (professeur de physique, Bristol University; Prix Nobel de physique)
  • Professeur J. Rotblat (professeur de physique, University of London; Medical College of St Bartholomew’s Hospital)
  • Bertrand Russell
  • Professeur Hideki Yukawa (professeur de physique théorique, Université de Kyoto; Prix Nobel de physique)

 


1  Le professeur Joliot-Curie souhaite insérer les mots : « en tant que moyen de régler les différends entre Etats »

2  Le professeur Joliot-Curie souhaite ajouter que ces limites doivent être acceptées par tous, dans les intérêts de tous.

Les belligérants doivent déposer les armes pour mener une plus grande bataille contre COVID-19

EDMONTON – « La fureur du virus illustre la folie de la guerre. En une courte phrase, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a ouvert la porte à une nouvelle compréhension de ce qui constitue la sécurité humaine. Les gouvernements saisiront-ils l’occasion offerte par l’immense crise de la COVID-19 pour enfin adopter un programme mondial pour la paix ? »

Dans une décision extraordinaire le 23 mars, Guterres a exhorté les parties belligérantes du monde entier à déposer leurs armes à l’appui de la plus grande bataille contre COVID-19 – l’ennemi commun menaçant maintenant toute l’humanité. Il a appelé à un cessez-le-feu mondial immédiat partout. « Il est temps de mettre le conflit armé sous contrôle et de se concentrer ensemble sur le vrai combat de nos vies. »

Son plaidoyer pour « faire taire les armes » créerait des couloirs d’aide vitale et ouvrirait des portes à la diplomatie dans les zones déchirées par la guerre en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, en Irak, en Libye et dans les régions centrales de l’Afrique.

Mais la signification profonde de l’appel de Guterres est bien plus grande que la suspension des guerres existantes. C’est un avertissement aux gouvernements du monde entier que la guerre ne résout pas les problèmes existants, que les énormes dépenses consacrées aux armements détournent les fonds désespérément nécessaires pour les équipements sanitaires, qu’un militarisme trop bien financé est impuissant contre les nouveaux tueurs dans un monde globalisé.

Toutes les armées du monde ne peuvent pas arrêter la COVID-19. C’est un moment sombre et effrayant quand une foule de microbes met l’humanité à genoux. Nous sommes arrivés à un tournant dans l’histoire du monde. Les anciennes façons de renforcer la sécurité – des armes plus puissantes et plus sophistiquées – sont complètement hors de propos maintenant.

Alors, que devons-nous faire lorsqu’un virus franchit ouvertement les frontières et ignore les systèmes d’armes stratégiques ? Davantage de la même pensée qui a trompé les gens en leur faisant croire que tant que nous aurions de gros canons, nous serions en sécurité ne sera pas la solution. Nous devons revoir notre façon de penser.

Une grande réflexion n’est pas seulement une pilule. C’est maintenant essentiel pour la survie. Nous devons construire un système pour assurer une sécurité commune. Au milieu de la guerre froide il y a quatre décennies, un panel international composé d’expert-étoiles dirigé par le Premier ministre suédois Olof Palme a établi le principe qu’à l’ère des armes de destruction massive, aucune nation ne peut à elle seule trouver la sécurité. Les nations ne peuvent trouver la sécurité que dans la coopération et non aux dépens les unes des autres. Selon Palme, la sécurité commune exige la fin des compétitions d’armements, la retenue nationale et un esprit de responsabilité et de confiance mutuelle.

Au cours des années suivantes, l’idée de sécurité commune s’est élargie au-delà des mesures militaires pour inclure de nouveaux courants de coopération dans le développement économique et social et la protection de l’environnement.

Soudain, en 1989, le mur de Berlin est tombé. L’Union soviétique a implosé. La guerre froide a pris fin. En 1992, le Secrétaire général de l’ONU à l’époque, Boutros Boutros-Ghali, a écrit un magnifique document, Agenda pour la paix, incorporant les idées de sécurité commune dans des programmes pratiques de consolidation de la paix, de diplomatie préventive et de maintien de la paix.

Mais au lieu de remanier le système de sécurité mondial pour assurer une sécurité commune à tous, les gouvernements ont continué à marcher lourdement et ont jeté par la fenêtre le dividende de paix qu’ils avaient entre leurs mains. Les pays occidentaux ont étendu l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie. La Russie a envahi la Crimée. Les dépenses d’armes ont grimpé en flèche. Les gouvernements ont gaspillé une magnifique occasion de construire un monde de paix. La culture de la guerre était trop forte et le moment a été perdu.

Il y a trente ans, la grande historienne Barbara Tuchman et auteure de la «Marche de la folie» avait raison quand elle a écrit : « La tête dure, source d’auto-tromperie, est un facteur qui joue un rôle remarquablement important au sein du gouvernement. Elle consiste à évaluer une situation en termes de notions fixes préconçues tout en ignorant ou en rejetant tout signe contraire. »

Maintenant, dans la crise actuelle, Guterres nous dit que la poursuite de la « folie » de la guerre met en danger la sécurité de tous – les riches comme les marginalisés. La demande de l’administration Trump de 46 milliards de dollars de plus pour les armes nucléaires, alors que le pays ne peut même pas fournir suffisamment de masques au personnel de la santé pour traiter le COVD-19, est obscène au-delà des mots.

Et qu’en est-il du Canada ? Le gouvernement prévoit d’augmenter les dépenses de la défense à 32 milliards de dollars d’ici 2027. Pourquoi ? Pour apaiser l’appétit militaire gargantuesque du président américain Donald Trump, lequel pousse les États de l’OTAN à dépenser 2% de leur PIB en armement et tout ce qui va avec. Nous pouvons battre COVID-19 en dépensant de l’argent pour des mesures sanitaire et de développement médical, non pas pour des armes.

Il vaut beaucoup mieux réduire de 10% les dépenses prévues du Canada en matière de défense et consacrer 2 à 3 milliards de dollars supplémentaires aux « Objectifs de développement durable » des Nations Unies, ce programme en 17 points étant axé sur d’énormes améliorations en matière de santé maternelle, de systèmes d’approvisionnement en eau et d’agriculture durable. Mais nous ne pouvons pas y arriver avec une poursuite de la planification traditionnelle. Nous avons besoin d’une réflexion vraiment audacieuse pour repousser la menace que COVID-19 fait peser sur la sécurité commune.

Le gouvernement canadien veut montrer ce qu’il pourrait faire au Conseil de sécurité des Nations Unies. Faire passer la pensée politique de la culture de la guerre à une culture de la paix serait digne du plus grand défi de santé auquel le Canada a été confronté au cours des cent dernières années.

  • Douglas Roche, ancien député, sénateur et ambassadeur du Canada pour le désarmement, est l’auteur de « Hope Not Fear: Building Peace in a Fractured World ».
  • Publié avec l’aimable autorisation de The Hill Times. Traduction : Michel Duguay

Trudeau et les casques bleus

Traduction de Pierre Jasmin approuvée par l’auteur. L’article original est paru dans le Toronto Star.

La semaine dernière, le déploiement pour une année par le Canada d’un avion de transport C-130 pour les opérations de paix des Nations Unies représentait un pas en avant. Toutefois, alors que le mandat Trudeau tire à sa fin, il est juste de récapituler ses promesses électorales précédentes de se réengager dans le maintien de la paix des Nations Unies.

À son entrée en fonction, le premier ministre Trudeau a donné d’importantes instructions à ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères pour mettre à la disposition de l’ONU du personnel canadien et des capacités militaires spécialisées. Les ministres devaient également prendre le leadership d’une formation internationale au maintien de la paix et aider les Nations Unies à réagir plus rapidement aux conflits naissants.

Lors de la conférence ministérielle sur le maintien de la paix à Londres en 2016, le Canada s’est engagé à fournir jusqu’à 600 militaires et 150 policiers – un grand pas en avant par rapport au gouvernement précédent, mais guère plus de la moitié de ce que le Canada avait prévu pour les 40 années qui ont suivi la création de la première force de maintien de la paix en 1956. Néanmoins, la nouvelle contribution annoncée serait extrêmement précieuse pour une organisation mondiale qui lutte pour aider l’humanité.

Malheureusement, dans la pratique, le gouvernement Trudeau a atteint un niveau sans précédent en petit nombre de soldats et de policiers au service des Nations Unies. Seuls 56 militaires et policiers en uniforme étaient déployés en mai 2018, six mois après que Trudeau eut organisé une importante conférence ministérielle mondiale sur le maintien de la paix à Vancouver.

Le gouvernement n’a déployé qu’une seule unité militaire opérationnelle à court terme: une force extrêmement compétente au Mali.

Quand la mission au Mali viendra à terme à la fin du mois, le Canada fournira de nouveau moins de 30 militaires et moins de 30 policiers, bien loin des chiffres de 600 et 150! En fait, durant son mandat, le gouvernement Harper a déployé plus de personnel en uniforme (157 en moyenne par mois) que le gouvernement Trudeau (114).

En outre, le programme de formation de maintien de la paix promis n’a pas été lancé depuis quatre ans. Et la force de réaction rapide promise à la conférence ministérielle de Vancouver 2017 est loin d’être déployée rapidement. En fait, même sa destination n’est toujours pas connue.

Il est juste de demander à qui ou à quoi attribuer la responsabilité de cette promesse non tenue. Il est vrai que le ministère de la Défense nationale avait beaucoup de retard à se mettre au travail pour se réengager dans le maintien de la paix et apprendre le fonctionnement de l’ONU.

Le néophyte député et ministre, Harjit Sajjan, a adopté une approche prudente et tatillonne dans sa pente abrupte d’apprentissage des opérations de l’ONU. Le chef d’état-major de la défense, Jonathan Vance, croyait en l’importance du maintien de la paix de l’ONU, mais a abandonné l’attitude de bonne volonté pratique des chefs d’une époque antérieure.

L’armée canadienne avait fourni des soldats à toutes les missions de l’ONU jusqu’en 1995. Au cours de la décennie 1990, les Forces armées canadiennes ont fourni des généraux pour diriger sept missions de l’ONU, mais aucune depuis lors. L’OTAN est devenue priorité loin devant l’ONU, de nombreuses demandes de l’ONU ont été rejetées aux niveaux inférieurs du quartier général de la Défense nationale. Il est étonnant dans ces circonstances que l’ONU ait continué à demander. Le Canada n’a même pas placé un seul officier au siège de l’ONU.

Cependant, en décembre 2016, l’armée était prête à fournir un commandant de force à la mission des Nations Unies au Mali et celle-ci a ouvert le poste pendant deux mois dans l’attente de la décision finale. Mais le gouvernement n’a pas approuvé cette contribution lorsque Chrystia Freeland a succédé à Stéphane Dion au poste de ministre des Affaires étrangères, une fonction qui joue un rôle de premier plan au sein du Cabinet pour les questions de maintien de la paix.

Freeland a beaucoup parlé de la nécessité d’un ordre international fondé sur des règles, sans aider le moindrement au centre de cet ordre international, les Nations unies, ni à son entreprise phare de maintien de la paix en zones de conflit. Freeland a pris une initiative: promouvoir les femmes de différents pays en maintien de la paix, tout en n’y accordant que deux femmes militaires. Les chiffres, qui ont augmenté de manière impressionnante avec la mission au Mali, seront ramenés à moins d’une demi-douzaine dans une semaine.

Enfin, qu’en est-il du nouveau service de transport C-130 annoncé la semaine dernière ? Certes une innovation qui devrait aider l’ONU, mais ce n’est pas un grand engagement de détourner un seul avion des missions de l’OTAN en Irak pour seulement cinq jours de service mensuel aux Nations Unies.

Alors, qui a sapé la promesse de Trudeau en matière de maintien de la paix ? Eh bien, ce fut Trudeau lui-même. Il n’a pas réussi à faire adopter d’importantes propositions par son cabinet. Il n’a pas fait pression sur ses ministres sur la question (mais plutôt sur d’autres questions…). Résultat : la réputation du Canada en matière de maintien de la paix a souffert et le monde a compris que la réalité était bien en retard sur la rhétorique quant à l’appui du gouvernement Trudeau au maintien de la paix des Nations Unies.

Le Pentagone publient un document alarmant sur les «opérations nucléaires»

traduction partielle par Pierre Jasmin | «U.S. joint chiefs release alarming nuclear operations document» | Hill Times, 1 juillet 2019

Le 11 juin, a paru un document simplement intitulé Opérations nucléaires : le premier papier doctrinal du Pentagone en 14 ans marque une réorientation majeure de la pensée militaire américaine qui semble maintenant gagnée à l’idée d’enclencher une guerre nucléaire et de la remporter. Même si le document a été retiré du site du Pentagone où The Guardian l’avait déniché, ne devenant accessible que dans une section à accès restreint de leur bibliothèque virtuelle, Steven Aftergood, qui dirige l’examen des secrets gouvernementaux pour la Fédération des Savants Américains, a décrit ce document comme une doctrine de guerre nucléaire, loin de la doctrine prévalant de « deterrence » [dissuasion ou Mutual Assured Destruction dont l’acronyme MAD révélait la nature].

Déjà en février 2018, une United States Nuclear Posture Review identifiait de nouvelles conditions abusives d’utilisation des armes nucléaires, par exemple en réponse à des « attaques stratégiques non-nucléaires » telles des cyberattaques. Le document planifiait aussi d’équiper les sous-marins de missiles contenant de mini-charges nucléaires, augmentant ainsi la possibilité de leur utilisation. D’autres pays armés, incluant l’Inde et le Pakistan, ont suivi ce mouvement inquiétant.

Ces changements de doctrine et de pratique vont à l’encontre de l’engagement à réduire le rôle des armes nucléaires dans les politiques de sécurité, pris par plus de 180 pays membres du Traité de non-prolifération (1970 – ONU), avec l’engagement légal de poursuivre la voie du désarmement nucléaire. Tout ceci survient au moment où

  • l’Iran et les États-Unis [Trump a déchiré leur pacte antinucléaire] se rapprochent d’une guerre qui pourrait aussi entraîner la Russie, la Chine et d’autres puissances nucléaires;
  • les États-Unis et la Russie vont bientôt se retirer du Traité INF (Intermediate Nuclear Weapons Forces);
  • des développements technologiques permettent à des missiles de voyager à 15 fois la vitesse du son, les rendant à toutes fins pratiques indétectables.