Discours de la ministre Freeland pour le débat de haut niveau de la Conférence de Désarmement

Correspondance entre Mme. Angela Veitch (Directrice intérimaire, Direction de la non-prolifération et du désarmement, Département des Affaires étrangères) et Pierre Jasmin, (Membre de l’exécutif de Pugwash Canada), avril de 2018.

1. Angela Veitch: Discours de la ministre Freeland pour le débat de haut niveau de la Conférence de Désarmement

Chèr(e)s collègues,

Hier, la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a prononcé un discours à la Conférence du désarmement, soulignant que la non-prolifération et le désarmement sont des composantes essentielles de l’ordre international fondé sur des règles appuyé par le Canada. Elle a parlé du leadership du Canada en tant que président d’un groupe d’experts des Nations Unies sur l’élaboration d’un traité sur l’interdiction de la production de matières fissiles (TIPMF) pour aider à interrompre la production d’armes nucléaires. Elle a décrit un TIPMF comme une étape critique pour combler le fossé actuel entre les États dotés des armes nucléaires et les États qui ne sont pas dotés des armes nucléaires. La ministre Freeland a également noté qu’il est essentiel de réglementer et de restreindre de façon adéquate la circulation des armes dans le monde, et c’est pourquoi le Canada va bientôt adhérer au Traité sur le commerce des armes. De plus, le Canada a élargi le mandat du Programme de réduction de la menace liée aux armes afin qu’il appuie également l’universalisation des traités sur les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions ou les armes légères et de petit calibre. Voir ses remarques complètes en suivant le lien ci-dessous:

https://www.canada.ca/fr/affaires-mondiales/nouvelles/2018/02/discours-de-la-ministre-freeland-pour-le-debat-de-haut-niveau-de-la-conference-du-desarmement.html

Angela Veitch
Directrice intérimaire, Direction de la non-prolifération et du désarmement

2. Réponse de Pierre Jasmin (Pugwash Canada; CNANW; Mouvement Québécois pour la Paix; artiste pour la paix)

Merci, Angela Veitch,

pour l’envoi apprécié du discours (en français) du 28 février de la Ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland : plusieurs points y semblent positifs, sans toutefois marquer de réels progrès notables.

  1. Il est plus que temps en effet que le Traité de Commerce des Armes soit pleinement endossé et ratifié par le Canada, à la satisfaction complète de mes collègues Cesar Jaramillo de Project Ploughshares et d’Earl Turcotte, dont j’endosse les observations critiques afin de bonifier l’adhésion canadienne au Traité.
  2. Quant au Traité d’Ottawa contre les mines anti-personnel, on avait perçu comme un signal fort négatif, lors de son récent 20e anniversaire, l’absence de M. Trudeau et de sa Ministre des affaires étrangères (oui, elle avait envoyé un vidéo). J’écouterai avec attention madame Erin Hunt de Mines Action Canada sur ce sujet prochainement.
  3. En ce qui a trait aux armes nucléaires, mes collègues de Pugwash et du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire, y compris l’Honorable Douglas Roche, lisent, j’en suis certain, avec satisfaction la partie suivante du discours de la ministre:
    « Mme Fihn a reçu le prix Nobel au nom d’ICAN, en compagnie de Mme Setsuko Thurlow, une militante canadienne d’origine japonaise qui a survécu au bombardement d’Hiroshima. Le leadership de ces femmes et de leur mouvement à l’égard du désarmement nucléaire doit être reconnu. Il doit être salué. »
    Évidemment, je serai présent le 20 avril à Ottawa au ministère pour plaider que le Traité d’interdiction complète des armes nucléaires défendu par ces deux militantes exceptionnelles doit être plus que reconnu et salué, il DOIT être endossé par le Canada, en dépit du chantage militariste de l’OTAN.
  4. Enfin, je suis parmi ceux et celles qui accueillent très positivement dans le discours de madame Freeland l’avènement au Canada d’une « politique étrangère FÉMINISTE » qui, j’en suis certain, sera apprécié par la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. C’est pourquoi j’inscris en cc son mari, Jean-Daniel Lafond, pour qu’il m’éclaire sur ce sujet particulièrement important en Afrique francophone, à la veille de l’envoi d’un contingent à participation féminine de Casques Bleus canadiens au Mali.

Avec tous mes remerciements réitérés,

Pierre Jasmin
Artiste pour la Paix honoraire (notez que je n’ai plus de fonction officielle)
Membre de l’exécutif de Pugwash Canada et du comité de direction de CNANW (Réseau canadien pour l’interdiction des armes nucléaires)
Co-président honoraire du Mouvement Québécois pour la Paix
Professeur honoraire à l’Université du Québec à Montréal